Baignade imprévue

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Anal

Baignade imprévueUne fois n’est pas coutume, voici un récit imaginaire; c’est une coquine, avec qui j’aime beaucoup échanger sur ce site qui m’a motivé à l’écrire. Le récit se situe dans une ville de la baie de Lannion dans les côtes d’Armor. J’espère lorsque vous me lirez que vous ressentirez l’émotion que j’ai pour ce lieu qui est en péril avec un projet d’extraction de sable coquillier.C’est l’été, les vacances sont bien entamées. Les journées avec ma belle sont rythmées par une promenade matinale, le petit déjeuner puis au fil des envies : des visites, un bon repas à la maison ou au restaurant, une sieste pas toujours reposante, la plage, …Il fait beau comme souvent en cette période de l’année, un vent matinal et frais réveille en moi des appétits profonds. La nuit a encore été agitée avec ma belle qui est encore dans les bras de Morphée. Je suis très matinale et avant d’aller chercher du pain et les croissants je vais me ressourcer avec une promenade sur le chemin des douaniers. Ce sentier étroit entre terre et mer, je le connais depuis toute petite, j’y ai fait mes premiers pas et je connais chaque courbe, chaque rocher, chaque danger, chaque recoin. L’arbre sous lequel j’ai donné mon premier baiser, le fourré dans lequel j’ai donné mes premières caresses.Ce matin, vêtue de ma robe blanche à poids rouge et de tropéziennes, je longe la corniche avec cette vue imprenable sur le port, je rejoins la mer par Rosa Baleadenn, la promenade aux roses, ce sentier sablonneux et abrupt donne une vue dégagée sur la mer. J’arrive derrière les échoppes et la rue qui mène au port de Trozoul. Je continue sur la venelle du Chra Rouz, passe à côté du Gouloù Lutig et j’arrive sur la digue, je longe la plage de Tresmeur qui est menacée, comme toute les autres plages de la baie. Mon coeur se serre devant tant de beauté et la fragilité du lieu. Je longue cette belle plage où j’ai appris à nager. J’avance vers la pointe de Bihit, des murets disloqués des villas sont encore dans les jardins, projetés par les tempêtes hivernales qui ont été très rudes cette année.La plage touche à sa fin et les rochers dominent la grève, le chemin des douaniers commence à se rétrécir et la terre battue par les estivants reprend ses droits. Cette partie de la promenade à l’abri des regards est propice aux pensées coquines et je peux effleurer mon corps pour que mes désirs resurgissent. Pour le moment, je suis seule avec le bruit de la mer juste perturbé par le cri des mouettes. J’adore ce moment de la journée où ce monde est le mien, ce plaisir égoïste de se sentir seule dans une nature protectrice et bienveillante.Dans quelques heures, ce lieu sera un bonheur pour les familles, l’école de voiles et deviendra un plaisir partagé.J’arpente le chemin à ma gauche canlı bahis şirketleri les ajoncs qui griffent les jambes, de l’autre la falaise granitique qui plonge dans la mer, plusieurs mètres en contrebas, seule la végétation fournie me protège d’une chute qui me serait fatale.Le passage sous les pins maritimes, un peu d’ombre et le frais qui revient de suite. Les pensées coquines m’inondes ici, l’endroit très romantique, lorsque l’on est bien accompagnée, révèlent en moi les instants passés ici avec ma belle pas plus tard qu’hier, une promenade main dans ma main et un long baiser devant le couché de soleil, magique ici et des caresses dès que les promeneurs ne sont plus visibles.Je continue, le chemin remonte pour rejoindre l’isthme de Bihit qui sépare Tresmeur de Porz-Mabo, je passe à côté de la maison blanche aux volets bleus qui sont encore fermés.Je descends les trois marches creusées dans la terre battue et saute sur les galets. Le soleil frappe mon visage, je suis à l’abri du vent sur cette plage de roches et de galets et j’ai envie de me baigner, je n’ai ni maillot ni serviette et pourtant… le calme du lieu et à l’abri des regards indiscrets et la marée haute me protège. J’enlève mes tropéziennes et fait quelques pas dans l’eau; sa fraicheur est d’un réel bonheur. Je reviens sur le bord, pose mes tropéziennes sur un rocher, je fais tomber ma robe, j’enlève ensuite mon tanga puis mon soutien. Me voilà nue dans soleil du petit matin. Je repars dans l’eau, l’eau fraiche me vivifie et je nage le long du bord en faisant bien attention de ne pas me frotter aux rochers coupants à cet endroit et je m’éloigne du bord pour avoir plus de fond. La roche mignonne se rapproche, je dois faire attention aux courants qui pourraient m’emporter au large. La nage nue m’émoustille, je reviens vers le rivage; je ne suis plus seule, j’ai pied et je n’ose sortir.Une jeune femme que je qualifiais d’androgyne, vêtue d’une marinière découvrant légèrement ses épaules et d’un corsaire blanc, pose ses affaires sur un rocher proche de celui où j’ai mis mes propres affaires et commence à se dévêtir. Sa marinière, elle est seins nus dessous; de tous petits seins tout ferme avec de beaux tétons émergeant; je sens ce petit frisson dans le bas ventre que j’aime tant et qui me rend folle. Puis elle enlève son corsaire, elle a un maillot de bain qui laisse découvrir le pli de ses fesses et devant très échancré qui impose un entretien strict de sa toison. Moi de ce côté, je suis volontairement négligée par amour de la honte que cela me procure.Elle s’approche du bord et me salue, elle voit parfaitement que j’ai froid. Elle continue sur le fait qu’elle a compris que je suis nue et ajoute qu’il n’y a pas de serviette avec mes vêtements canlı kaçak iddaa mais surtout qu’elle m’a vue me mettre à l’eau. Elle me prêtera sa serviette mais pour cela je dois sortir de l’eau et que plus j’attends, plus il a de risque d’y avoir du monde. Je me suis mise seule dans ce piège et la jeune femme généreuse semble sincère, moi, j’ai déjà des arrières pensées, en a elle aussi?Ma main est déjà sur mon sexe que je frotte pour me donner le courage de sortir, l’excitation fait tomber en moi beaucoup de barrières dont la pudeur. Elle retourne vers ses affaires. Je profite de l’instant pour sortir de l’eau, l’envie de m’exhiber me propulse et me transporte, je sens mon sexe couler de désirs.Elle a sa serviette en main et se retourne, me toise et bloque sur ma toison. Il y a de quoi, j’ai un grand trou lisse au milieu de ma toison fournie et un tatoo au henné représentant deux coeurs enchainés que ma belle a réalisé au début des vacances, la marque de mon appartenance à sa beauté.Mon coeur bat la chamade, j’ai honte et cela m’excite. Je me pose les mêmes questions existentielles, aime-elle les femmes? Suis-je attrayante pour elle ?Elle me parle, je suis cotonneuse ses paroles sont étouffées par mon excitation; elle me dit qu’elle habite pour les vacances la maison de pêcheur juste au-dessus de la plage, qu’elle m’a vu passée et est sortie de la maison peu après.Elle tend la serviette non pas pour me la donner mais pour me sécher. Je me laisse faire, conquise et volontaire. La serviette devient l’instrument d’un très agréable jeu de caresses et de massages. Une fois sèche la jeune femme continue ce jeu en oubliant la serviette ses doigts me frôlent. La fraicheur du bain a disparu et la tiédeur de l’instant me porte, j’ai chaud. Elle empaume mon sexe dégoulinant et je sors de ma passivité et effleurant sa hanche, je remonte vers son sein et son magnifique téton tendu. Je glisse l’autre main dans son maillot, son petit bouton est gonflé et ses lèvres sont humides. Nos caresses durent de longues minutes. La situation dé**** et je perds tout contrôle.Un éclair de lucidité et je pense à ma belle endormie et moi si avide de plaisir qui me laisse emporter. Je fais une pause la jeune femme me regarde, je lui dis que mon amie, Alice, est encore endormie. Elle me prend les mains entre les siennes et me fait un très beau sourire et ses yeux d’un vert profond beaux à se damner. Je préfère la damnation que de pourrir au paradis et je l’ai encore embrassée, nous nous sommes enlacées. Elle me propose de la suivre et de me rhabiller, … si je le souhaite, mais nue lui convient parfaitement; qu’à cela ne tienne pour les quelques dizaines de mètres qu’il faudra faire, je garde ma robe et mes tropéziennes à la main.Mon excitation canlı kaçak bahis est à son comble lorsque nous arrivons devant sa maison et la suivre dans la pente, voir le pli de ses fesses m’ont encore réchauffée un peu plus.Elle ouvre la porte et m’invite à rentrer, la petite maison est simple avec un mobilier en bois et une atmosphère chaleureuse. Un bank-tosel en face d’une table en chêne brut, d’un côté de la pièce et de l’autre côté un sofa convertible d’un rouge profond. Elle me prend la main pour m’inviter à la suivre vers le sofa.Elle se retourne pour être face à moi et m’embrasse. Sa langue vient fouiller ma bouche et j’enroule sa langue dans la sienne en retour, ce baiser mouillé est très sensuel et m’excite. Elle empaume mon sexe et fais glisser un doigt dans ma fente plus qu’humide, je suis aux anges. Je ne suis pas en reste et fais glisser son maillot de bain le long de la courbe de ses hanches et fait tomber ce bout de tissu devenu inutile au sol. Ma main gauche caresse son ventre et la droite vient entre ses omoplates dans une caresse sensuelle; la main sur le ventre va en exploration vers sa toison et je la rapproche et moi avec la main dans le dos: elle est à moi.Nous nous caressons mutuellement nos intimités et c’est comme devenue comme une course à laquelle la première tirera le premier gémissement à l’autre tout en restant très douce. Les contractions commencent à emplir mon bas ventre. Elle effleure mon petit bouton et elle va gagner, je monte et as pris le pas sur moi. Nos bouches ne se séparent que pour reprendre nos respirations devenues haletantes. Je sens mes doigts trempés sous l’effet de sa mouille et et masse toute sa vulve devenue gonflée sous mes caresses expertes, je mets mes doigt en elle et mon pouce presse son clito turgescent, elle gémi. L’entendre arrache en moi un râle et plaisirs et je me liquéfie. Elle fait glisser ses doigts en moi et m’envoie dans un monde fait de volutes roses. Mes gémissements sont assourdissants et je perds la vue lorsque le monde se dérobe sous mes pieds.Je reviens au monde, je ne sais pas encore si je l’ai emportée avec moi. Je rouvre les yeux et son visage rougi trahi son état, elle est venue avec moi. Sa main a découvert la fontaine qui est en moi, elle me sourit et me dit qu’elle ma regarder partir et qu’elle m’a suivi lorsqu’elle a senti ma jouissance dans la main.Nous nous embrassons à nouveau et vient se moment où nous allons reprendre nos vies. Que dire de ces instants de plaisirs partagés. C’est elle qui romps le silence et elle me dit qu’elle sera là demain à la même heure et si je ne viens pas seule se sera encore mieux.Nous nous rhabillons et nous sortons ensemble de la maison. Elle se dirige vers son bain matinal tonifiant et je retourne vers le village, je ne pense qu’aux instants passés avec la belle inconnue. Dans le bourg, j’achète le pain et les croissants et retourne très vite à la maison rejoindre ma belle pour lui faire l’amour avant de prendre le petit déjeuner. Je suis insatiable.

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Bir cevap yazın

E-posta hesabınız yayımlanmayacak. Gerekli alanlar * ile işaretlenmişlerdir

maltepe escort ankara escort mersin escort izmir escort izmir escort izmir escort bayan pendik escort escort kadıköy konyaaltı escort ataşehir escort kadıköy escort bostancı escort sakarya escort sakarya escort maltepe escort gaziantep escort izmir escort didim escort ankara escort bayan konyaaltı escort maltepe escort ankara escort izmir escort izmir escort ensest hikayeler gaziantep escort maltepe escort pendik escort kadıköy escort ümraniye escort
canlı bahis canlı bahis bahis siteleri güvenilir bahis bahis siteleri bahis siteleri bursa escort bursa escort bursa escort sakarya escort webmaster forum